Ne lutte pas contre ta nature

Ne lutte pas contre ta nature

Je voulais te parler de mon chat…

Il y a deux mois environ deux petits chiens ont débarqué chez moi. Je vis dans une région où on abandonne beaucoup ces chiens dans les campagnes. Ces deux-là ont donc élu domicile dans mon jardin sans nous demander notre avis.

Evidemment ils sont adorables et je ne crois pas au hasard… Nous les avons donc acceptés avec amour sauf… le chat.

Mani est une petite femelle à qui j’ai infligé déjà pas mal de déménagements (3 en 1 an et demi), qui a vécu seule deux mois dans le froid de la maison cet hiver pendant les travaux, et maintenant que tout est enfin « en ordre » voilà que 2 chiens débarquent chez elle ! Je savais que ça serait compliqué… car elle a toujours eu peur d’eux et ne supporte pas d’autres animaux sur son territoire. Chatons y compris.

Il y a d’abord eu le stress. Elle se planquait un peu partout dans la maison, perdait ses poils encore plus que d’habitude.

Puis elle a commencé à râler et à ne plus sortir ! Elle s’est mise à grossir par manque d’activité. Il faut savoir que Mani est un grand chasseur qui nous rapportait régulièrement ses proies, mortes et vivantes. Et là forcément plus rien.

Même si ça ne m’arrangeait pas qu’elle ne sorte plus (non mais ho, j’ai fait un gros trou dans ma façade pour que madame ait sa chatière et je déteste les litières grrr) j’ai capitulé. Oui parce que la voir 6h en haut de l’arbre par peur de descendre face aux chiens hum ça le fait pas… 

J’ai décidé de la cajoler encore plus, de lui dire des paroles rassurantes, de réinstaller la litière, genre « ok ma chérie, si tu veux maintenant être un chat d’intérieur on fera avec ».

C’est là que le processus s’est inversé. Plutôt que de continuer à s’éteindre progressivement, elle est redevenue de plus en plus elle-même.

Elle a commencé par faire des sprints d’une pièce à l’autre, tel un chat qui a toujours vécu dehors et qui pète un câble enfermé. Elle se ruait sous le divan pour s’exciter contre lui tel un monstre géant assis sur elle.

Puis elle s’est mise à regarder et observer ces deux intrus par la fenêtre. Puis près de la porte grande ouverte. Elle a compris que la maison était leur limite, qu’ils ne rentreraient pas. Alors parfois elle passe même sa tête à l’extérieur et scrute les angles histoire de faire un repérage de son territoire.

Elle a compris que la nuit était pour elle. Elle nous éveille afin qu’on lui ouvre une fenêtre. La chatière faisant trop de bruit, ça réveillerait les deux guignols. Par contre elle l’utilise pour rentrer.

Et à mon grand bonheur la litière reste maintenant quasiment propre, et elle attaque de moins en moins le divan.

Tous les jours je lui dis avec amour et patience à quel point ces chiens sont bien plus faibles qu’elles. Qu’il suffirait qu’elle fasse son gros dos et distribue quelques baffes sur ces museaux trop envahissants pour marquer définitivement son territoire et reprendre sa place.

Tous les jours je lui rappelle à quel point c’est un petit chat courageux et un très grand chasseur. Si seulement elle m’écoutait…

Et je te raconte tout ça car nous sommes exactement pareils.

Chaque fois que nous nous sentons misérables, malheureux, énervés, déprimés, c’est parce que nous luttons contre notre propre nature. 

Ne t’empêche pas d’être qui tu es sous prétexte que quelqu’un ou quelque chose t’en empêche.

Toutes tes barrières sont imaginaires.

Prends ta place dans ce monde car il y en a une qui n’appartient qu’à toi et c’est celle que tu as choisie.

Sois et avance en toute liberté.

2 Commentaires sur “Ne lutte pas contre ta nature”

  1. Je n’avais pas lu cet article, il est très intéressant. J’avais des difficultés à comprendre que l’écriture était ma vraie nature, je ne voulais pas en entendre parler, ça me paraissait vraiment compliquer de ne faire que ça. Finalement en arrêtant de se poser des questions, j’ai fini par écrire et tout se passe très bien. J’ai vite (enfin, j’ai bien mis 4 jours, tout de même)compris que j’étais en conflit avec moi même pendant ses 4 jours, je n’ai rien fait, j’étais en colère, triste, probablement désagréable envers mes proches (désolé). Bref ça ne m’a rien apporté, je luttais contre ma vraie nature, c’était stupide! Je suis contente de m’être réveillé et je te remercie pour cet article et aussi pour tout, lorsque j’aurai fini mon roman, je tiens à ce que tu sois une des première à le lire, j’en serai honorée, je te remercie encore pour tout! Gros bisous ma Delphine!

    1. Oui voilà, dès qu’on arrête de lutter tout coule de source… Je suis très heureuse que tu te soies donc mise à écrire et honorée à mon tour d’être dans ta top liste pour découvrir ton ouvrage ! Merci à toi !! ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.