La mission de vie

Il aura fallu attendre la quarantaine avant que je n’entende parler de la mission de vie. Finalement j’ai eu un parcours assez classique : comme dirait si bien Wayne Dyer « De l’ambition au sens » dans son excellent livre Le Changement.

La première partie de vie sert à construire son nid : trouver le job, acheter la maison, se marier, faire des enfants et avoir un chien. C’est la phase ambition.

Arrivées à la quarantaine, la fameuse crise, de nombreuses personnes se demandent se qu’elles font là. Tout est construit, elles cherchent maintenant un sens à leur vie.

Dans mon cas, à 42 ans, ce ne sera pas une crise existentielle qui aura mis le feu aux poudres mais bien un éveil de kundalini. Moi, j’étais bien là, tranquille dans mon train-train. Cet éveil a enclenché une série de questions, à commencer par l’idée que nous n’étions pas seuls et que des mondes invisibles existaient.

Curieuse, je me suis alors plongée dans la spiritualité et tous ses principes. C’est comme ça que j’ai entendu parler de la mission de vie.

Vraiment, je ne m’étais jamais posé la question avant.

Et donc, dans les années qui ont suivi, j’ai surfé sur de nombreuses vagues entre assurance et doute. Des moments où tu crois avoir compris clairement ta mission de vie et des moments où tu te retrouves devant ton pc et tu ne sais même plus qui tu es !

C’est ce qu’il se passe lorsque l’on est capable de tout remettre en question, lorsque l’on ouvre tout grand la porte de l’introspection pour un plongeon royal au coeur de soi-même.

La « spiritualité », il faut l’admettre, peut provoquer de grandes souffrances. Notamment ce sentiment de culpabilité de ne pas comprendre sa vie.

Et si je n’arrive pas à trouver pourquoi je suis venue ici ?

Et si je n’avais aucun don ?

Pourquoi je ne comprends rien ?

Pourquoi je n’ai envie de rien ?

Tu connais…?

Si c’est ton cas, j’ai une excellent nouvelle ! C’est extrêmement simple en fait et là, devant toi ! 

Les niveaux de conscience :

Oui tu es une âme venue s’incarner pour diverses raisons mais… au-delà de cette âme qui a accumulé toute une série d’expériences, tu es une énergie de création. Tu es la Source, tu es Dieu.

Tu peux t’imaginer comme une poupée russe, sachant que ton âme n’est absolument pas la plus grosse.

Ton âme est cette partie de toi qui joue le jeu des incarnations, avec une idée en tête de ce qu’elle aimerait vivre. C’est cette partie qui dessine ta « mission de vie ».

L’être lumineux que tu es, ta substance divine, la vraie poupée qui englobe tout, par contre n’a aucune mission de vie. AUCUNE. Il est là pour créer encore et toujours, pour prendre de l’expansion, exactement comme le fait Dieu. J’aime prendre l’image de Dieu, parce qu’imaginer l’Univers qui « se regarde », qui se démultiplie à l’infini et qui de facto démultiplie les expériences à l’infini afin de prendre de l’expansion, de créer encore et toujours, ben c’est plus difficile… 

Donc tu vois, lorsqu’il s’agit de mission de vie, en fonction de là où tu te places, ça dépend… Et si tu comprends ce que tu es vraiment : tu n’en as aucune. Et lorsque tu comprends qui tu es vraiment, tu stoppes même tout net le jeu d’incarnation de ton âme. Ce qui n’empêche nullement de s’incarner à nouveau, mais l’expérience est différente et libre de toute idée de séparation.

Si tu te poses la question de la mission de vie, dès lors :

Fais absolument ce que tu veux parce que tu es là uniquement pour créer.

Profite des outils que ton âme a choisis pour t’amuser à créer.

Si tu veux ouvrir un commerce, fais-le.

Si tu aimes soigner les gens, fais-le.

Si tu aimes écrire, fais-le.

TU décides de TA mission de vie.

TU décides qui tu veux incarner ici et maintenant.

Tel est le réel pouvoir que tu détiens.

Et quand le doute pointe le bout de son nez : 

N’oublie pas que la vie est un grand jeu et que la mort n’existe pas. Que tu trouveras toujours un but en étant au service de l’autre et en étant connecté à ce qui est plus grand que toi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.