La guérison du monstre

Il m’est arrivé quelque chose d’étrange… Un ami devait venir passer une semaine chez nous dans le sud de l’Italie et quelques jours avant qu’il n’arrive j’ai reçu un long message de sa compagne.

Elle me décrivait en détail comment il l’avait tabassée pendant 1 heure et 40 minutes, comment elle était tombée dans les pommes à plusieurs reprises pour être ensuite réanimée par les coups, comment il a voulu la jeter depuis la fenêtre du balcon, ce qui aura été l’opportunité pour elle de s’enfuir. Elle m’a aussi envoyé des photos, où les mots ne servaient plus à rien devant un tel sinistre. Et il m’a confirmé l’avoir fait.

J’ai pleuré. J’ai beaucoup pleuré… Pourquoi deux âmes choisissent-elles de se créer autant de souffrance, de douleur ? Quel est ce monde d’humains qui cherchent à se détruire ?

Nous avons tous un monstre en nous, créé de toutes pièces par le système égotique de la personnalité. Et bien qu’étant bouleversée par le récit et les images, j’ai refusé de juger cet ami, cet autre être humain.

Quelques jours plus tard je lui ai écrit, en me laissant guider par la lumière qui nous habite tous.

Ce que tu as fait à XX est grave, et il faut que tu le comprennes. Un être humain qui s’engage à détruire un autre être humain a un esprit dérangé. Il n’y a pas de “oui mais”, il faut que tu t’appropries à 100% tes actions. Il ne s’agit pas ici de te blâmer, de te juger, ou de t’accabler mais bien de réaliser ce qui t’appartient et qui tu es. Si tu souhaites transformer ton existence et ne plus jamais être cet être humain dérangé, il faudra passer par là.

Les actes de violence et de haine dirigés vers l’extérieur sont proportionnels à la haine que tu portes en toi envers toi-même et ceux qui t’ont blessé par le passé. C’est une accumulation de peurs et de blessures, rien d’autre.

Ce que tu es, en ce moment et en surface, c’est un être profondément blessé et perdu.

Et lorsqu’un être humain cherche à détruire un autre humain, c’est en fait lui-même qu’il cherche à détruire. Tu es la victime de toi-même, perdu dans des illusions et des peurs tout aussi illusoires.

Lorsque tu comprendras, réellement, que tu es le seul responsable de tes actes il te faudra te pardonner. Ce sera la partie la plus difficile. A ce moment-là, il faudra te rappeler que tu étais la victime de toi-même, perdu et incapable de raisonner clairement. Ce sera le bon moment aussi pour te rappeler que le Pardon est toujours accordé, et que tu es bien plus que le XY qui est venu sur Terre faire quelques conneries au passage.

[…] 

Après t’être pardonné, un autre chemin t’attendra : celui de t’aimer. Et parce qu’à ce stade-là tu auras compris la destruction et le mal que tu as faits, cela te semblera une fois de plus très difficile. Il s’agira de t’aimer inconditionnellement, avec tous les coups que tu as donnés et ceux que tu as reçus. Il faudra aimer la haine qui t’animait. Il te faudra aimer chaque partie du monstre que tu as lâché comme une mère aime son enfant.

Ce chemin du pardon et de l’amour, c’est le chemin de la guérison. Nous y passons tous à différents niveaux.

[…] 

Nous sommes tous des élèves. Et plus vite tu entameras ce chemin de guérison, plus vite tu pourras construire une vie épanouissante et abondante. Si tu le refuses, l’erreur continuera de se répéter. Et il y aura d’autres XX et un XY toujours plus seul et perdu qui se hait.

[…] 

Lorsque tu te seras complètement approprié tes actes, que tu te seras pardonné et que tu t’aimeras enfin, alors tu auras un immense pouvoir sur ton existence. Il ne faudra pas faire semblant mais bien se regarder avec toute l’humilité et la sincérité qu’il se doit.

Tout peut changer, à chaque instant.

Le jour suivant, j’ai donné comme chaque dimanche soir le soin énergétique aux membres des Cercles de Guérison. Durant ces séances je reçois également des messages.

En lien avec ces événements, et la réalisation de la souffrance sur Terre, le messager m’invitait à amener plus de lumière, plus d’amour et de joie, au sein de mes frères humains. Comme mentionné dans Un Cours En Miracles : “A chaque instant je choisis de transmettre l’amour ou la peur”. Il s’agit de choisir consciemment.

Moi qui partage beaucoup sur l’actualité stressante du moment, ai-je vraiment envie d’ajouter à chaque fois une pierre à l’édifice du monstre qui sommeille en chacun de nous ? Ou ai-je envie de bâtir le chemin de la guérison et de l’illumination pour tous ?

Comme il m’est difficile de ne pas contempler ma propre participation à la peur collective, et de ne pas en avoir honte. A moi aussi dès lors de suivre le chemin : m’approprier la personnalité que j’ai construite, me Pardonner, et m’Aimer inconditionnellement.

Tout de ce que nous mettons au monde ici et maintenant est directement lié à la conscience collective à laquelle nous sommes connectés en permanence.

J’ai la responsabilité de ce que je crée, et c’est au coeur de moi, au plus profond de mon être, que je trouverai l’étendue de ce que je suis, la lumière, la paix et cet Amour inconditionnel. C’est là que je dois regarder et à partir de là que je dois créer.

Pour conclure voici quelques extraits d’Un Cours En Miracles, je t’invite à t’en imprégner :

Dieu ne pardonne pas parce qu’Il n’a jamais condamné. Ceux qui sont sans blâme ne peuvent blâmer, et ceux qui ont accepté leur innocence ne voient rien à pardonner. Or le pardon est le moyen par lequel je reconnaîtrai mon innocence. Il est le reflet de l’Amour de Dieu sur terre. Il me rapprochera suffisamment du Ciel pour que l’Amour de Dieu puisse descendre jusqu’à moi et m’élever jusqu’à Lui.

UCEM

Ce n’est pas par ma propre force que je pardonne. C’est par la force de Dieu en moi, dont je me souviens en pardonnant. Comme je commence à voir, je reconnais Son reflet sur terre. Je pardonne à toutes choses parce que je sens Sa force remuer en moi. Et je commence à me souvenir de l’Amour que j’avais choisi d’oublier, mais Qui ne m’a pas oublié.

UCEM

Comme j’écoute la Voix de Dieu, je suis soutenu par Son Amour. Comme j’ouvre les yeux, Son Amour illumine le monde pour que je le voie. Comme je pardonne, Son Amour me rappelle que Son Fils est sans péché. Et comme je regarde le monde avec la vision qu’Il m’a donnée, je me souviens que je suis Son Fils.

UCEM

Engageons-nous, ensemble, à répandre cette lumière…

2 Commentaires sur “La guérison du monstre”

  1. Coucou Delphine,
    C’est vrai que, sans aller jusqu’à la violence physique, il m’arrive parfois de montrer mon côté « moche », et c’est vraiment pas joli joli des fois 😀 Mais j’ai appris, à force de travail sur moi, à l’accepter et à me pardonner, ce qui le désamorce et lui fait perdre de sa ténébreuse force de plus en plus vite je trouve.
    Et ma Lumière intérieure se remet à briller plus vite après un épisode « sombre ».
    Aimons et pardonnons le monstre en nous pour briller toujours plus <3
    Belle journée à toi.
    Céline

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.