Couple, Amour & Préjudice

Couple amour et préjudice

Ça va peut-être sembler bizarre comme sujet quand mon activité s’appelle « Entrepreneures Spirituelles ». En fait elle s’appelle surtout comme ça car ce sont les femmes avec qui je « travaille » principalement. Ce qui ne veut pas dire qu’elles n’ont pas de noeuds à faire péter dans d’autres domaines de leur vie. D’ailleurs en séance ce n’est pas moi (ni elles) qui choisis le sujet que l’on va aborder. Je m’en remets à plus grand que moi et je transmets les messages et les énergies qui viennent. Comme je dis toujours : « ils » savent mieux que nous ce que l’on doit explorer.

Et donc ce n’est pas rare que je me retrouve en consultation à parler du couple de l’entrepreneure en face de moi ! Enfin, de sa relation avec l’autre, de sa vision tronquée, de ce qu’elle est en train d’expérimenter et de guérir, de ce qu’il y a lieu de faire pour se rendre la vie plus agréable, etc. Si nécessaire je me connecte également au partenaire afin de comprendre ce qui est en train de se jouer de l’autre côté, ce qui a l’avantage d’offrir un aperçu de la situation dans sa globalité, d’élargir sa compréhension et d’apaiser bien des tensions au final inutiles.

Suite à ces échanges et à mes propres expériences j’aimerais partager les réflexions suivantes :

  1. Chaque rencontre est programmée et orchestrée par plus grand que nous. Un peu comme un complot entre deux âmes, ces rencontres ont à chaque fois un intérêt concret pour soi et pour l’autre. Peu importe le temps que ça dure, un apprentissage doit être fait à travers cette union et il le sera.

  2. De ce fait, chaque rencontre a son importance. Avoir l’impression d’avoir perdu son temps ou que ce n’était pas le bon/la bonne est une façon erronée de penser. Que la relation ait été légère ou tumultueuse, romantique ou romanesque, d’une nuit ou d’une vie, qu’elle ait bien fini ou pas, ça ne change en rien son utilité et son caractère incontournable.

  3. Une autre erreur que l’on fait en couple c’est d’agir, d’interagir et de communiquer comme si notre partenaire fonctionnait et pensait comme nous. Les femmes particulièrement sont très fortes pour envoyer par exemple des messages « subliminaux » à leur compagnon alors que bien souvent ils ne sont pas outillés pour les décoder. Elles en arrivent du coup à leur en vouloir pour quelque chose qu’ils n’ont même pas compris au départ. Ou encore elles s’offusquent d’une réaction alors qu’elles n’ont pas pris en compte le système de pensée différent de l’autre.

  4. Autre désillusion classique : le syndrome de Cendrillon (je ne sais pas si cela a déjà été utilisé, c’est en tout cas comme cela que j’ai envie de l’appeler). La femme s’est fait une idée très précise du comment son couple devait être et fonctionner, et quand ça ne marche pas dans ce sens c’est la crise, rien ne va plus. Elle vit dans son rêve de petite fille, quand elle devient une princesse grâce à son prince charmant. Elle attend beaucoup (trop) de l’autre, elle attend en fait de l’extérieur ce qu’elle n’est pas capable de s’offrir à elle-même.

  5. Dans le même ordre d’idée il y a celles aussi qui créent des fusions avec leur partenaire et qui se cachent derrière des scénarios pour ne pas affronter la réalité. C’est le cas par exemple de ces femmes qui sont avec des hommes qui ne leur conviennent pas mais dont elles ne savent plus se passer. C’est l’amant qui ne quitte pas sa femme, c’est la flamme jumelle qui joue les « je-te-quitte-je-te-reprends » ou la relation tumultueuse et destructrice.

  6. Aucun couple ne peut fonctionner sans communication. Dès lors qu’il y a interaction entre deux individus, et pour que cette relation soit harmonieuse, nous devons nous parler ET en toute franchise. C’est cette honnêteté qui est la partie la plus difficile… D’une part parce que nous sommes la plupart du temps en mode défensif face à l’être aimé, donc armé de couches de protection qui laissent difficilement paraître notre vraie personnalité et nos besoins. D’autre part parce que nous avons cette fâcheuse tendance à nous mentir à nous-mêmes donc forcément ça devient encore plus compliqué pour communiquer clairement et honnêtement.

  7. J’ai remarqué également chez les femmes qui se plaignaient de leur partenaire, qui étaient frustrées de leur comportement et qui exigeaient un tas de choses, que bien souvent elles étaient avares elles-mêmes dans leur relation. Dans ces cas-là je leur dis « mais toi, qu’est-ce que tu lui offres concrètement ? » et ce moment est souvent très embarrassant. Exiger à l’excès cache bien souvent un besoin de remplir quelque chose, d’obtenir quelque chose que l’on est incapable de donner et de se donner.

  8. Pour les femmes en chagrin d’amour… Même s’il est vrai qu’on n’aime jamais deux fois de la même manière, qu’une relation n’est pas une autre, qu’un partenaire n’est pas l’autre, il est faux de croire que l’on ne vivra plus jamais quelque chose d’aussi incroyable. On ne peut vivre une histoire d’amour intensément que si on en est capable. Ce n’est pas tant le partenaire qui va déterminer à quel point on se sent bien mais soi-même. Nous sommes la clé de notre bonheur à deux, non l’autre.

La conclusion est qu’un couple est un sacré challenge de vie et le meilleur moyen, voire le plus rapide, de guérir nos propres blessures.

La manière dont tu perçois l’autre est déterminée par tes propres formes de pensée.

Eckhart Tolle

Ne jette donc pas la pierre trop vite… ni l’éponge !

6 Commentaires sur “Couple, Amour & Préjudice”

  1. Wouaah quel texte
    Oh combien il me parle et m’encourage.
    Merci Delphine merci merci 😊
    Joëlle Lesueur

  2. Merci Delphine pour avoir partagé vos réflexions concernant le couple!
    Je vais en profiter pour mettre certains de vos conseils en pratique.😉
    Une phrase m’a interpellé  » Nous sommes la clé de notre bonheur à deux , non l’autre », je suis tout à fait d’accord avec vous.
    Et la conclusion est très pertinente, j’adore!
    Céline

  3. Oui, texte et conclusion énormément pertinentes.
    Un jour je reviens avec plus de commentaires. Car ce texte m’inspire. En plus, je suis le Roi dans mon Royaume (voire: nid d’amour,) et il y a une place pour une Reine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.