Ce que j’ai appris en achetant une poubelle

Ce que j’ai appris en achetant une poubelle
Share on Pinterest

Bon je sais, ce que je vais écrire va probablement sembler ridiculissime à certains… mais j’assume !

Alors voilà, il y a un mois j’ai acheté une nouvelle poubelle – entre autres – et ça a changé ma vie ! Sans rire, j’exagère à peine.

Pour remettre les choses dans leur contexte, je suis sur le point d’acheter une maison ici dans le sud de l’Italie et les propriétaires nous ont gentiment laissés l’habiter en attendant.

Je n’en suis pas à ma première, c’est la troisième que j’achète, mais avec celle-ci ce fût le véritable coup de foudre ! Après l’avoir vue, j’avais beau visiter d’autres maisons, aucune ne lui arrivait à la cheville. Elles avaient toutes un truc en moins qui provoquait une moue systématique sur mon visage, au grand désespoir de mon mari… qui lui la trouvait trop petite !

Mais pour moi c’était celle-là ! Elle se trouve dans mon quartier préféré, à savoir un coin résidentiel d’une trentaine de maisons en pleine campagne. Sur la petite route principale, ce qui veut dire qu’elle est macadamisée et éclairée (si si c’est presqu’un luxe où je suis), et sur laquelle je n’ai jamais vu plus de 3 voitures à la fois en un an. L’été je suis entourée par le bruit des criquets et l’hiver par l’odeur des pins. La maison est surélevée ce qui est très pratique pendant la saison des pluies et je n’ai qu’un seul voisin direct à l’arrière. Elle est au cœur d’un beau grand terrain de 5000 mètres carrés sur lequel se trouvent principalement des arbres fruitiers. Elle a une grande terrasse en L dont une partie couverte avec des arches. J’ai toujours adoré et rêvé d’avoir des arches ! J’en ai une aussi à l’intérieur, entre la cuisine et le salon, j’adore !

Bref je vais m’arrêter là car je pourrais vous en parler pendant des heures ! L’Amour, ça ne s’explique pas moi j’dis ! Et donc, je vis dans mon petit coin de paradis et force est de constater que notre environnement a un effet sur nous car certaines choses changent. Les matins ici sont comme magiques, je m’éveille et ce sentiment d’abondance m’envahit. Quand j’ouvre les yeux, il ne manque rien, tout est là. Je ne connais plus le stress du réveil, ni les 15.000 choses à faire qui débarquaient dans mon cerveau. Il n’y a rien, juste le plaisir d’être dans cette nouvelle journée.

C’est durant un de ces matins-là d’ailleurs où j’ai réalisé que je connaissais enfin l’abondance. Celle dont tout le monde parle, cet état dans lequel il ne te manque plus rien. Et bien j’y suis, et en fait il n’est ni compliqué ni difficile à atteindre ! L’abondance n’est d’ailleurs pas toujours là où on l’attend, ou dans la forme sous laquelle on l’imagine. L’abondance c’est aussi apprendre à apprécier ce que l’on a déjà.

Je suis là, dans cette petite maison du sud qui me comble d’amour et de joie, et j’ai envie… qu’elle soit belle ! Un peu comme quand tu achètes des nouveaux habits pour tes enfants et que tu les trouves trop beaux et trop cool dedans. Tu les aimes, tu veux le meilleur pour eux. Et me voilà à avoir de grosses, grosses, pulsions d’achat. Pour la première fois depuis longtemps j’ai voulu un tas de nouvelles choses.

J’ai commencé par les assiettes, les verres et les petits plats du quotidien. J’ai liquidé tous les vieux essuies et torchons, j’ai ensuite renouvelé tous les draps… et même les oreillers ! J’ai donné je ne sais pas combien de sacs de linges. Et à mon mari, qui se demandait ce qui se passait, j’ai clamé haut et fort : « Les choses usées et moches c’est fini ! La récup’ c’est fini ! ».

J’avais fait le tour de mes articles de seconde main quand tout d’un coup j’ai regardé droit dans les yeux ma poubelle de cuisine et j’ai déclaré : « Je ne veux plus de toi non plus ! ». Je l’avais achetée quelques mois avant, quand nous avions emménagé dans la maison précédente qui n’en avait pas. Petite, en plastique et à pédale, d’un vert vif, bon marché… digne d’un studio d’étudiant quoi.

Pourquoi je l’avais achetée ? Parce qu’elle n’était pas chère et que c’était la moins moche dans cette gamme ! En réalité, elle ne me plaisait pas, elle n’était pas pratique et je jurais sur elle chaque fois que je faisais à manger avec son couvercle qui retombait sans cesse ! Et je ne vous parle même pas de mon dos qui en prenait pour son grade aussi. Mon dieu, qu’elle avait l’art de m’énerver cette poubelle !

Alors j’ai réfléchi à ce que je voulais vraiment ! J’avais eu des poubelles à « couvercle battant » mais ça devenait vite sale. Quand j’ai pensé au top du top, à savoir ze poubelle qui s’ouvre toute seule quand tu fais un mouvement devant elle, je me suis dit que j’allais passer mon temps à recharger des piles et qu’au prix que ça coûte ça m’énerverait encore si elle ne s’ouvrait pas assez vite (cf commentaires sur Amazon :D). Chez ma maman, par contre, la poubelle est bien plus pratique : il suffit d’exercer une petite pression sur le couvercle et hop ça s’ouvre et ça reste ouvert sans menacer de se rabattre sur tes déchets avant d’avoir atteint leur destination ! C’est mécanique donc pas de pile, youpee c’est écolo !

Me voilà donc sur Amazon, à étudier les poubelles de cuisine et à jeter mon dévolu sur celle que je trouvais la plus pratique et la plus belle, évidemment ! MA poubelle « touch » en acier couleur vanille (oui c’est celle de la photo), et… elle coûtait 55 euros. Aïe. 55 Euros pour une poubelle, ça ne se fait pas ! Oh mon dieu, l’horreur, j’ai des préjugés sur le prix des poubelles ! Vraiment, y avait un truc qui bloquait à l’intérieur de moi, qui me freinait à acheter LA poubelle de mes rêves !

  • Je n’en avais pas besoin, je n’étais pas sans.
  • On ne dépense pas d’argent pour une poubelle
  • Une belle poubelle c’est un peu prétentieux
  • Mes parents ont toujours eu des poubelles pratiques et pas chères
  • Je dois faire attention à mon argent et ne pas le dépenser pour des conneries

Non mais franchement, vous vous rendez compte du délire-prise-de-tête pour une p**ain de poubelle !? Je m’énerve moi-même !

J’étais là, devant mon écran d’ordinateur et la description de la poubelle qui allait me combler, avec mes pensées limitantes. Mais pourquoi bon sang ? Parce que c’est comme ça que j’ai appris chez mes parents. Et je me suis rendu compte qu’acheter une poubelle à ce prix-là quand, en plus, je n’en ai pas besoin, ce serait trahir ma famille ! Personne n’a jamais fait un truc pareil. C’est pas bien, c’est honteux. Ha oui, parce qu’il n’y a pas que mes parents, y a aussi les grands-parents socialistes à tendance communiste… Ceux-là qui ont traité mon père d’arriviste parce qu’il gagnait bien sa vie et faisait de grands voyages, juste pour le plaisir. Eux, ils faisaient attention, ils récupéraient quand c’était possible, ils comptaient. Ils ne dépensaient pas inutilement, ils connaissaient la valeur de l’argent Madame !

J’ai réalisé que ma famille entière m’empêchait d’acheter cette poubelle ! Que j’avais honte de vouloir le faire ! Et que c’était du grand n’importe quoi… !!!

Comment pouvais-je encore être tant sous l’emprise de ces vieilles valeurs alors que leurs propriétaires étaient de toute façon tous morts !? Ils ne sont plus là pour me critiquer, me juger, ne plus m’aimer… Alors pourquoi je leur reste fidèle comme ça ? C’est dans mes gènes ou quoi ?

Puis j’ai eu un choc ! Ma mère… ! Elle a maintenant ZE poubelle de rêve ! Alors que toute ma vie chez elle elle a toujours eu des poubelles pourries ! Mais comment ça se fait qu’elle est passée de l’autre côté comme ça ? Pourquoi je ne l’ai pas vu ? Et puis ça s’est passé quand et comment ce changement !? Et donc ça veut dire quoi ? Que je suis restée coincée en l’an 40 alors qu’elle a su évoluer et changer en fonction des changements dans sa vie ? Oh, la honte x2 là !

Alors, après ma première déclaration « Les choses usées et moches c’est fini ! La récup’ c’est fini ! » je m’en suis faite une nouvelle : « J’arrête de penser que je ne vaux pas la poubelle la plus chère du monde !!!!! ». Si ma mère a su évoluer et apprendre à se faire plaisir, ben merde moi aussi ! Je réponds OUI haut et fort à mes désirs et je mets de la valeur aussi dans ce que je désire. C’est L’Oréal qui a raison, JE LE VAUX BIEN ! Et ces histoires familiales de frustration, c’est eux, pas moi. Je suis et veux être différente. Je ne m’évaluerai plus jamais au rabais Madame ! Moi aussi je mérite une poubelle de rêve, non mais !

Et j’ai enfin cliqué sur « Acheter » comme si j’étais en train d’acquérir un bien précieux.

Cela va faire un mois qu’elle trône fièrement dans ma cuisine et sa présence me met en joie. J’adore l’utiliser, la nettoyer, changer le sac… parce qu’elle est parfaite et je la remercie d’être dans ma vie. Elle me rappelle que je le vaux bien. Je n’arrête pas de dire à mon mari « elle est vraiment chouette hein cette poubelle ! » et dans ma tête je vous avoue que je la couvre de compliments chaque fois que je m’en sers. Parce que je l’aime… Comme j’aime la maison dans laquelle elle se trouve…

Comme je m’aime, moi.

Et vous, où en êtes-vous avec votre poubelle ? 😀

Partager sur
Share on Pinterest

12 Commentaires sur “Ce que j’ai appris en achetant une poubelle”

  1. j’adore ton article!!!!!! je me suis fendue la poire du début à la fin, c’est excellent!
    pr tout te dire, ma poubelle de sdb est hs depuis qq jrs, je l’ai cassé sans le vouloir, elle avait de l’âge la pauvre! Sauf qu’en voyant le prix des poubelles dites « de salle de bain » jme suis dis quoi???? tout ça pour ce ptit truc en plastique moche (c’est vrai qu’elles sont laides!) bah punaise, ça fait mal!! du coup en attendant de me décider et ben je garde la vieille, avec son couvercle pété… sinon ma poubelle de cuisine c’est une belle poubelle mais a rabat et à ouverture par le pieds. C’est dingue ce que les habitudes familiales restent encrées… en tout cas, merci pour cet article, j’ai ris et c’était que du bonheur!

    1. Ha ha ha oui, c’est dingue comme on s’empêche d’acheter du beau sous prétexte de… Moi c’était encore plus scandaleux vu que la poubelle que j’avais était quasi neuve 😀
      Entre-temps j’ai aussi racheté une poubelle de sdb ha ha !
      Donc vas-y, fais-toi mal ça fait du bien !!! mdrrrrrrr

  2. Hahahaha excellent ! Depuis quelques mois je suis aussi dans ce trip. J’ai jeté plein de trucs que j’avais depuis longtemps. Il y a des trucs que j’ai essayé de vendre à 1€ sans succès sur le bon coin que j’ai fini par jeter. Je ne sais plus ce que c’était l’autre jour, ha si un drap housse et une vieille housse de couette et je ne pouvais plus voir en peinture. Et je me suis dis : pourquoi tu gardes ce truc, c’est moche c’est vieux, benne le de toute façon tout le monde s’en tout. Mon mari ramait en permanence sur ce drap housse qui se faisait la malle pendant la nuit. Pourquoi garder cette daube. Et je l’ai jeter avec soulagement. 😁
    Par contre ton processus d’achat poubelle, chez moi c’est les housses de couette.Il est hors de question de mettre plus de 30€ dans une parure. Donc autant dire qu’à 42 ans, les parures moches et transparentes de mauvaise qualité, j’en ai eu. Et puis il y a quelques mois je suis rentrée dans une boutique de linge de maison (Dans notre famille on ne rentre pas dans les magasins comme ça, c’est pour les riches…) Et ils ont tout un rayon de linge de lit en promo. J’ai fait LA folie (ouuuuvhhh 😁) j’ai acheté une housse de couette à 40€ qui en valait 90€. J’ai pris taies et drap housse de la marque maison pas si cher et c’est parti. Rien que lorsque je l’ai installée j’ai vu la différence de tenue. Le coton epai, la coupe parfaite qui ne se barre pas en cacahouètes. Ma fille passant par la m’a dit que ça faisait comme à l’hôtel 😄
    Quand on s’est couché le soir, quel plaisir ! Et aussi quel plaisir de voir son lit très beau. Et finalement je me suis bien posée la question. Pourquoi j’avais tant attendu pour acheter de jolis draps. Je le mérite bien tout de même. 1 à 2 fois par an, acheter une belle parure, c’est tout de même plus confortable. Donc cet apres midi j’ai prévu d’aller faire les soldes dans ce magasin 😄
    Prochaine étape la vieille passoire 😋

    1. Je ne vois que trop bien de quoi tu parles ! Les draps y sont passés aussi… mais c’était pas pareil car j’avais l’excuse que les dimensions – même des oreillers – sont différentes ici 😉

      Bravo pour avoir passé le cap en tout cas ha ha ! <3

  3. bein oui Delphine , tout évolue même ta mèèèère…..
    C’est vrai que maintenant, je me fais beaucoup plus plaisir qu’avant , je ne sais même pas pourquoi, rien ne me l’en empêchait avant….et en plus sans aucune culpabilité , les vieux démons familiaux disparaissent petit à petit, comme je te l’avais dit la fois dernière, je suis de plus en plus dans le « lâcher- prise », c’est venu après Elliott …
    Tu as bien fais de te t’acheter cette magnifique poubelle, tu lui feras un gros bisous de ma part
    je t’aime mon bb
    ps : il ne me reste plus que la croisière autour du monde à assumer, ça c’est un gros morceaux…..

  4. Je suis actuellement en train d’écrire un livre (?) (je mets ? parce que si j’ai le plan, je ne sais pas si ça va faire un livre lol) sur « ma poubelle »

  5. excellent !!!!! je suis en plein déménagement, je trie/donne le vieux aussi et ce qui ne sert pas, faire de la place pour le nouveau, garder ce qui me met en joie (même si parfois j’ai du mal) mais je n’avais pas penser à la moche poubelle dégueu 🙂 !!!!! Merci pour ton article Delphine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.