Bas astral : appelez le Capitaine Flamme !

Bas astral : appelez le Capitaine Flamme !

Y a des trucs comme ça qui ne me touche pas, qui me semble venir tout droit d’un mauvais film… J’ai nommé le bas astral.

Puis quand quelqu’un que j’apprécie beaucoup, et que j’estime « évolué spirituellement », tombe dans le panneau je vous avoue que j’éprouve un certain agacement.

Ça peut sembler prétentieux cette dernière remarque, mais honnêtement je me fiche un peu du comment ça va être perçu. Si cet article, mon point de vue sur le sujet, peut en libérer 1 : ma journée est faite !

L’athée gagnant

Quand on démarre dans la vie sans aucun bagage religieux ou spirituel comme moi, on a tout de même un sacré avantage : on a très peu de croyances ! Comme je l’explique dans mon bouquin, les trucs catho’ et l’église étaient pour moi des conneries monumentales. Sorry pour le langage mais c’était vraiment le sentiment de l’époque.

Un jour je suis tombée sur un article à propos des possessions. Un gars avait fait des recherches pendant des années sur le sujet. Il avait étudié les « vrais » cas enregistrés par l’église catholique pendant des siècles. Et au bout de tout ça, non seulement les « vraies possessions » étaient extrêmement rares, mais en plus il avait noté une coïncidence étrange : aucun athée n’a jamais été possédé !

Ha ! Sans blague…

La peur

Quand j’ai découvert qu’il y avait autre chose que ce que je voyais j’ai eu peur. En plus parce que j’avais été malmenée physiquement… Ce qui n’a pas aidé. Après deux semaines dans la peur de ces rencontres invisibles j’ai fait un choix. Celui d’arrêter d’avoir peur. Ça peut vous sembler idiot, et pourtant il n’y a rien de plus puissant. Je venais de prendre là une grande décision sans le savoir.

Après un tour sur Google sur le thème de la peur j’ai découvert qu’il existait des anges gardiens. Ce soir-là, où je pensais être seule chez moi, j’ai donc appelé mon ange gardien. Je lui ai parlé, je lui ai demandé de me protéger et même si je n’avais absolument rien ressenti (hormis la honte de faire un truc pareil), entendu ou perçu, j’ai estimé que « c’était fait ».

Et même quand les expériences physiques ont continué, je les intégrais alors comme des apprentissages, ou des trucs que je ne comprenais pas encore tout simplement.

La sauge, je la fume comment ?

Mes premières expériences médiumniques se sont faites avec les défunts. Logique quand on sait qu’ils sont les plus proches de nous, donc les plus accessibles. Une amie m’avait dit de brûler de la sauge dans la maison, après chaque contact. Histoire de purifier le lieu des mauvaises énergies… Puis surtout parce que je m’étais lancée dans le passage de ces âmes errantes…

Ouais… Je l’ai fait une fois, deux fois, trois fois. Mais pourquoi j’étais en train de le faire au fait ? Parce qu’elle me l’avait dit ! Alors qu’au fond de moi je n’avais ni peur ni n’en ressentais le besoin. Ces contacts ne m’avaient jamais fait peur, même si les scènes de mort que je visualisais n’étaient pas toujours marrantes. Je pouvais ressentir dans mon corps là où ils avaient été touchés aussi, ça pouvait devenir intense, mais pour moi ce n’était que de l’information. Une autre manière de percevoir, de recevoir le message, mais ça ne m’appartenait pas. Mon mental a toujours été très clair là-dessus !

Puis mon mari a commencé à ressentir et voir des présences aussi… et à flipper sa mère comme diraient les jeunes ! Il n’en menait vraiment pas large (ça lui arrive encore) et venait me chercher pour le secourir. J’ai essayé de le raisonner, lui expliquant qu’un défunt n’allait pas subitement lui enfoncer un couteau dans le dos… qu’on était pas dans Shinning ou l’Exorciste… Mais non, il avait peur. Lui vient du sud de l’Italie et là-bas on ne rigole pas avec les morts svp… Il est victime de ses croyances, et la sauge du coup ne marchait même pas. Ni la pierre de protection que je lui avais achetée, ni l’icône de Padre Pio. Me reste l’humour… arme diaboliquement efficace gnark gnark gnark !

Le reste de la bande…

Que ce soit clair tout de suite : je mets dans le même sac le bas astral et autres saletés du genre… Des larves, des trucs bizarres qui se colleraient à notre aura dont je ne connais pas le nom (ce ne serait pas du Slime tiens ? 😀 ), des vilains extra-terrestres qui nous possèderaient à des fins fantasmagoriques, des reptiliens qui veulent notre peau, des mauvais sorts, des je-ne-sais-quoi-qui-me-font-soupirer.

En fait je pense qu’il y a autant de trucs mauvais qu’il existe de peurs… !!!

Je vais peut-être vous étonner car par contre je suis convaincue que tout ça existe effectivement. Juste que ça existe chez les personnes qui les laissent exister, parce qu’il s’agit en réalité de leur propre croyance et donc de leur création.

Capitaine Flamme

Si tu crois vraiment que tu vas te choper un malheur en passant sous une échelle ben y a de fortes chances que ça va t’arriver. Si tu crois que ton rdv avec telle personne va complètement foirer ben y a de fortes chances que ça va arriver. Tiens, je viens de me rappeler qu’ado je m’amusais à passer exprès sous les échelles, juste pour prouver que c’était de la foutaise… Mmmhhh déjà rebelle !

Et donc, quand tu es attaqué par un défunt fou, une larve ou un reptilien en mode camouflage, vas-y appelle Capitaine Flamme ! C’est aussi efficace que la sauge, l’encens, le gros sel, les poupées russes et les chansons folkloriques ! Franchement, pour des trucs balaises comme ça je ferais tout de même plus confiance à un super héros qu’à de l’herbe séchée, non ? Puis en plus ta larve là, ton défunt hanteur, cette vilaine énergie ou ce truc collé, ils ont un nez ? Pfff… j’vous l’avais dit, ça m’agace un peu… Faut réfléchir quoi les gars…

Tu es ce que tu crois

Quand on explore la spiritualité (et pas juste la médiumnité didju!) on découvre des choses fondamentales ; par exemple que nous sommes les créateurs de notre expérience et que le statut de victime n’existe pas. Tu crées et vois ce que tu crois, non l’inverse.

Personne ne te fait quoi que ce soit, si ce n’est toi-même.

C’est tellement plus simple hein quand on a un coup de mou, quand on se sent mal, déprimé et j’en passe, de rejeter la faute sur quelqu’un ou quelque chose. C’est la faute au voisin, à la lune, à un sort, à une mauvaise énergie que j’ai croisée… à ce #@*?& de bas astral ! Oui, c’est tellement plus simple d’être victime. Y a de l’ordre du réflexe humain aussi, on est conditionné de la sorte depuis toujours, l’histoire des gentils et des méchants, du paradis et de l’enfer.

C’est l’histoire de la peur, de l’obscurité que l’on a laissée entrer en nous. Ce que vous voyez à l’extérieur n’est que le reflet de ce qu’il y a en vous et de vos pensées.

Alors plutôt que de brûler de la sauge ou d’appeler Capitaine Flamme (même s’il a l’air sympa c’est vrai) allez-y voir à l’intérieur de vous pourquoi vous êtes en train de vous créer cette réalité… ? N’ayez pas peur d’aller regarder, il s’agit de votre création donc la bonne nouvelle c’est que vous êtes capable de la défaire avec une seule pensée. Si si !

Croyez ce que vous voulez être et créez la vie que vous voulez.

Et donc le prochain qui m’approche avec une question de bas astral ou autre truc du genre vous aurez compris qu’il passera un moment pas super agréable parce que moi je vais aller lui mettre son nez là où inconsciemment il n’a pas envie d’aller du tout… 🙂

Vous êtes libre de laisser des commentaires, de vous défouler grave, mais j’vous préviens vous ne me ferez JAMAIS changer d’avis ! NA !

8 Commentaires sur “Bas astral : appelez le Capitaine Flamme !”

  1. Hello Delphine,
    Je n’y connais pas grand chose en spiritualité, mais j’adore ton ton. Le style « je vais pas plaire à tout le monde mais c’est tant mieux : voilà ce que je pense, faites-en ce que vous voulez » 😉
    Changer d’activité ne veut pas dire changer de personnalité et je trouve ça rassurant.

    1. Ha ha Hélène !! Tu as beau répéter que… je ne te crois plus, t’en es et t’en manges depuis un moment et c’est tout nananère 😀

      La spiritualité c’est avant tout une « philosophie », et pas de la communication avec Tatie au ciel 🙂

      Une toute grosse bise !

  2. Enfiiiiinnnnnnn quelqu’un de sensé ? mais oufffff quoi… idem je pense à 100% comme toi et ça me fais tellment du bien de te lire… des années que j’agis du reiki que je forme en reiki pareil je leur dis pareil .. j’en ai marre moi aussi qu’on me parle de si attention cela … bla-bla-bla ?
    Bref bravooooo ?
    Gros bisous
    Ps: prochaine fois qu’on me parle de sauge je vais leur suggérer capitaine flamme ?? j’adore ‼️

    1. Mouahahahahah ! Ne me demande pas comment m’est venue l’idée de Capitaine Flamme… j’avoue qu’en réalité je ne sais pas s’il est vraiment parfait pour le rôle… en plus d’après ma pote Fabie (Fabienne Bizet) me suis plantée ça s’écrit Flam !! 😀

      Heureuse de voir que je ne suis pas seuuuule :p

      Gros bisous itou !! <3

  3. En spiritualité, il est très important d’apprendre et de rechercher.
    Mais il est surtout important d’expérimenter.
    Personne ne te fera changer d’avis, sauf l’expérience. Et cette expérience arrive lorsqu’on sort, comme tu le dis, de son système de pensée, pour prendre conscience dans le temps et l’espace des réalités spirituelles.

    Et sinon, les Anges ? pourquoi y croire alors ? Ce ne sont, finalement, si j’en crois ton raisonnement, que des créations égotiques. Pauvre Marina B. … (joke)

    1. Effectivement les expériences sont primordiales, et ce sont justement celles-ci qui me font parler comme ça aujourd’hui avec tant de conviction.

      Les plus bouleversantes que j’ai vécues étaient des expériences d’états modifiés de conscience où j’ai pu goûter à l’unité. Ce qui m’assied dans une réalité bien éloignée du bas astral, d’entités malveillantes, etc. Les deux sont pour moi littéralement incompatibles aujourd’hui.

      Les anges, je pourrais t’en donner plusieurs définitions différentes qui seraient toutes justes. Tout dépend d’où on se place, à quel niveau on regarde… J’en parle ici à mes « débuts », où je n’avais conscience de rien. En ce qui concerne mon avis maintenant, on va dire que j’ai de moins en moins besoin de personnaliser les énergies, et que celles avec qui je travaille ne sont jamais qu’une version de moi-même plus évoluée… un peu comme des poupées russes… 🙂

      J’adore Marina et son travail, heureusement que l’on a des personnes comme elle pour aider celles et ceux qui cherchent certaines réponses ! Elle ne risque pas d’être au chômage ! 😀

      Merci pour ton com’ +++ Des bises !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.