À mes frères vaccinés (ou pas)


J’ai entendu un discours de haine disant qu’il fallait vacciner de force les derniers objecteurs. J’ai entendu ces derniers résistants se justifier en long et en large et implorer la tolérance. Parfois aussi les rôles s’inversent et ces agressés deviennent les agresseurs.

Mais quel drôle de jeu que celui qu’on nous a imposé il y a à peine quelques mois ! L’humanité semble tout d’un coup divisée en deux camps, selon qu’on s’injecte un produit ou pas.

Vraiment, quand on y pense, c’est bizarre non ?

Parce qu’alors demain quelqu’un pourrait très bien déclarer : « À partir d’aujourd’hui les camps seront les noirs et les blancs » ou « À partir d’aujourd’hui les camps seront les juifs et les non juifs ». Hum… il me semble que nous y avons déjà joué à ceux-là et que ça ne nous ait pas réussi.

Heureusement, le coeur (et la raison) de l’humanité reprend toujours le dessus.

C’est pourquoi j’invite chacun à plonger à l’intérieur de lui-même afin de se reconnecter avec l’essence même de son être. Retrouver le sens vrai de la Vie et ses merveilleuses valeurs humaines comme la compassion et la gentillesse.

Ne vous agressez pas les uns les autres. Ne jouer pas au jeu des différences qui n’en finira jamais. Ne laissez personne vous faire croire que vous valez plus ou moins que votre voisin. N’implorez aucun pardon ni aucune tolérance et contentez-vous d’aimer.

Nous sommes 1 peuple, 1 humanité, et c’est tous ensemble que nous vivons les turbulences de nos civilisations. Chacun les vivra à sa manière, avec ses nuances et ses couleurs, en fonction de son vécu et de ses croyances. C’est ce qui fait la beauté de ce que nous sommes : un ensemble magnifique d’êtres absolument uniques donc absolument tous différents des uns des autres, tel un arc-en-ciel.

Peu m’importe que tu soies vacciné ou pas, que tu sembles en colère ou triste, moi je t’aime parce que tu es un homme né sur cette Terre comme moi. Tu as le droit d’être considéré, respecté et aimé. Tu ne dois rien faire pour ça et rien de ce que tu puisses faire ne peut changer cela.

Je t’aime que tu soies noir ou pas, juif ou pas, vacciné ou pas, et je ne laisserai jamais une mode en décider autrement. Je t’aime même si tu me détestes car je sais que c’est juste une idée que tu détestes.

Et s’il devait y avoir une différence à laquelle nous devrions faire attention ce serait celle de l’astreinte et de l’amour… car là où il y a contrainte il ne peut y avoir de bienveillance complète et ceci est vrai à tous les niveaux où tu regarderas.


6 Commentaires sur “À mes frères vaccinés (ou pas)”

  1. oui Delphine – tu as bien raison – vivons dans la paix, l’amour et la bienveillance – nous sommes une HUMANITE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.